Trop, c'est combien?

Si pour l'alcool nous disposons de plusieurs décennies d'études assez précises sur les effets et les risques à différentes doses, la situation est loin d'être aussi claire pour le cannabis. De ce fait il n'est pas possible d'émettre de recommandations pour ce qui constituerait une consommation "à bas risque". On peut la définir de façon pragmatique comme "une consommation qui n'interfère pas avec la santé, les exigences de la vie quotidienne et le développement personnel", quoique cette définition comprenne quelques incertitudes.

 

Trop, c'est combien ?

 

Santé

Il n'existe pas de "dose standard" ni de gradation reconnue de la force du produit, la teneur moyenne en THC, la principale substance active du cannabis, a fortement augmenté au cours des trente dernières années.

De ce fait, les travaux de recherche effectués dans le cours des années 70 et 80 avec des doses faibles de THC (calquées sur la teneur moyenne des "joints" de l'époque) doivent probablement être considérés comme obsolètes. Les travaux effectués récemment arrivent à des conclusions différentes de celles des anciennes études, ce qui pourrait être expliqué par cette différence de teneur en THC.

La plupart des usagers ne semble pas adapter l'intensité d'inhalation à la force du produit consommé, donc les doses absorbées semblent plutôt dépendantes de la "force" du produit

À ce jour, il n'a pas été démontré un quelconque "effet protecteur" du cannabis à des faibles doses. Par contre le risque de psychose toxique chez les personnes vulnérables est bien réel.

Par ailleurs, le cannabis est de plus en plus consommé en association avec d'autres psychotropes, dont l'alcool, et les effets se multiplient. Le risque d'addiction le plus marqué est lié au tabac consommé en association avec le cannabis. Indépendamment de la substance active, il subsiste un risque de fond lié aux fumées de combustion qui, rappelons-le, ne sont pas filtrées par les pipes à eau.

 

Exigences de la vie quotidienne

Les baisses de performances liées à la consommation de cannabis se prolongent pendant au moins vingt-quatre heures.

Développement personnel

Le plus important développement personnel auquel les adolescents doivent faire face est la réussite scolaire. La consommation fréquente de cannabis n'est vraisemblablement pas compatible avec cet objectif, notamment par les effets sur la mémoire qui se prolongent au-delà de la consommation aiguë. La mémoire, l'apprentissage et les performances scolaires pourraient être altérées par la consommation régulière de cannabis, mais des études plus poussées sont nécessaires pour apporter des précisions dans ce domaine (Karila L, 2003).

 


Références

  • Karila L, Reynaud M (2003) Troubles cognitifs et usage chronique de cannabis, Ann. Med. Interne, 154, HS1, pp.1S58-1S64. PMID: 12910036

 

  • icon Participez à une étude de l’efficacité de l’application Stop-tabac
  • icon L'App Stop-cannabis-ch pour Iphone/Android (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 
bandeau bottom
 

Documentation

brochure_cannabis2

Brochures - Livres

 

www.stop-tabac.ch

Accepter les Cookies ?