Les risques pour la conduite automobile et le pilotage

Comme pour la consommation d'alcool ou d'autres produits psychotropes, il est fortement déconseillé de conduire après avoir fumé du cannabis. Quels sont les dangers?

 

Conduite automobile et cannabis

 

Il y a toujours quelques difficultés à établir la part exacte du cannabis dans les accidents de la route, pour plusieurs raisons:  le cannabis persiste en quantités décelables dans l'organisme bien au-delà de la période d'effet aigu; des tests simples "en bord de route" pour le cannabis ne sont pas aussi répandus que pour l'alcool; et les contrôles de police se sont contentés, jusqu'à une date assez récente, de tester l'alcool.

Mais actuellement les données des différentes études tendent à démontrer que:

  • un pourcentage significatif de consommateurs de cannabis (près des deux tiers dans certaines séries européennes) accepte de conduire en étant sous l'influence du produit.
  • la consommation de cannabis perturbe significativement la stabilité de la conduite. Selon la dose, l'effet est modeste à moyen. En cas d'association avec l'alcool, les effets se multiplient pour un résultat d'ensemble beaucoup plus grave.
  • Le risque d'accident est doublé en cas de consommation de cannabis (toutes doses confondues). Le risque encouru par les consommateurs d'alcool (toutes doses confondues) est multiplié par 8. En cas de consommation simultanée d'alcool et de cannabis, les risques SE MUTLIPLIENT entre eux, donc le risque d'accident est multiplié par un facteur 16!
  • En France, 7% des conducteurs impliqués dans des accidents mortels ont été testés positifs pour le cannabis. Parmi eux, la moitié avait aussi aussi une alcoolémie supérieure aux normes légales.
  • La part imputable au cannabis dans l'ensemble des décès par accidents de la route serait de 2.5 %, soit, en France, de l'ordre de 180 morts par an, auxquels s'ajoute un risque accru d'être tué même si l'on n'est pas responsable de l'accident, de l'ordre de 50 morts par an, pour un total de 230 morts par an.
  • L'usage de cannabis modifie l'appréciation du risque dans le sens d'une augmentation de la prise de risques (Lane et coll. 2005)

Pilotage

Bandolier [arrow_up] a effectué une revue des preuves existantes concernant l'effet du cannabis sur les pilotes de ligne (en simulateur de vol). Toutes les études ont démontré une détérioration significative des performances. On constate une augmentation importante des erreurs majeures de positionnement, la distance moyenne au centre de la piste en atterrissage, etc.

Erreurs majeures sous THC

Augmentation des erreurs majeures et mineures 1/2 h. après un dosage de THC

Cannabis and flying, Bandolier [arrow_up]

 

En outre la détérioration des performances demeure significative et objectivable au moins vingt-quatre heures après une dose unique:

Pilotes sous THC

Dégradation des performances des pilotes après avoir fumé 20 mg de THC ou un placebo. A 24 heures l'effet est encore significatif.

Cannabis and flying, Bandolier [arrow_up]

 

Le commentaire de la revue est le suivant:

"A la vue de ces résultats, la plupart d'entre nous ne voudrait pas voler avec un pilote qui a fumé du cannabis au cours de la dernière journée, en sachant en particulier que le pilote pourrait ne pas être conscient de la réduction de ses performances (...) Que penser aussi du gestionnaire de fonds de pension ou du courtier de bourse qui prennent des décisions importantes après un week-end de fumerie sociale, ou encore, de quiconque est amené à prendre des décisions importantes, d'un chauffeur de bus à un neurochirurgien?".

Réglementation

En Suisse, l'Ordonnance sur les règles de la circulation routière (OCR), Modification du 28 avril 2004 [arrow_up], établit que:

Est tenu de s’abstenir de conduire quiconque n’en est pas capable parce qu’il est surmené, sous l’effet de l’alcool, d’un médicament ou d’une drogue, ou d’autres raisons.

Un conducteur est réputé incapable de conduire chaque fois qu’il est prouvé que son sang contient:

  1. du tetrahydrocannabinol (cannabis)
  2. de la morphine libre (héroïne/morphine)
  3. de la cocaïne
  4. de l’amphétamine (amphéthylamine)
  5. de la méthamphétamine
  6. de la MDEA (méthylendioxyéthylamphétamine)
  7. de la MDMA (méthylendioxyméthampétamine)


Références

  • Étude « Stupéfiants et accidents mortels de la circulation routière » (SAM). Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT)
    télécharger en pdf [arrow_up]
  • Brault et coll. (2004) Le rôle de l'alcool et des autres drogues dans les accidents mortels de la route au Québec : Résultats finaux. Société de l'assurance automobile au Québec
    télécharger en pdf [arrow_up]
  • Ramaekers JG et coll. (2004) Dose related risk of motor vehicle crashes after cannabis use. Drug and Alcohol Dependence 73:109-119
    télécharger en pdf [arrow_up]
  • Bates MN, Blakely TA (1999) Role of cannabis in motor vehicle crashes. Epidemiol Reviews 21(2):222-232
    télécharger en pdf [arrow_up]
  • icon L'App Stop-cannabis-ch pour Iphone/Android (Gratuit)
  • icon SafeZone.ch
   

SafeZone.ch

SafeZone.ch est un portail web pour la consultation en ligne sur les problèmes d’addiction destiné aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel-le-s et à toute personne intéressée. Les offres de consultation sont gratuites et anonymes. SafeZone.ch est une prestation de l'OFSP en collaboration avec les cantons, les services spécialisés dans les addictions et d'autres partenaires.

 
bandeau bottom
 

Documentation

brochure_cannabis2

Brochures - Livres

 

www.stop-tabac.ch