logo

Aides et conseils pour les consommateurs et leur entourage

logo

Aides et conseils pour les consommateurs de cannabis et leur entourage

Le cannabis donne faim !

C'est un fait connu depuis longtemps, la consommation de cannabis accroît la sensation d'appétit. Pourtant, ce n'est que récemment que ce phénomène a été étudié scientifiquement. Pourquoi la consommation de cannabis a cet effet et quelles en seraient les applications cliniques?

  Vous souhaitez en parler à quelqu'un ? Venez sur la TRIBU  (anonyme et gratuit)

totop scroller green

De nombreux fumeurs rapportent que sous l'effet du cannabis leur appétit est augmenté, en particulier leur appétit pour des aliments sucrés, même s'ils était à satiété avant la consommation. Ce phénomène a été confirmé par des expériences (Mattes et al., 1994 in Iversen 2003). 

Horvath (2015) met en évidence la cause de cette sensation de faim à laquelle le consommateur de cannabis ne résiste pas. Selon lui, elle est à chercher du côté de certaines cellules cérébrales: les neurones à pro-opiomélanocortine, ou POMC. Normalement, ces neurones envoient un message de satiété au cerveau quand l'organisme est repu. Mais, en étudiant le cerveau de souris exposées aux cannabinoïdes, les chercheurs américains ont constaté que ces POMC n'agissaient pas normalement. Sous l'influence du cannabis, au lieu de signaler la satiété, ces neurones envoient le message inverse en sécrétant des endorphines. Résultat: le cerveau croit que l'organisme a faim, même s'il est plein comme une huître. 

Une hypothèse sur l'origine du phénomène

Di Marzo et ses collaborateurs (2001a in Iversen 2003) ont suggéré que l'augmentation de l'appétit pourrait venir du lien de réciprocité entre les propriété neurobiologiques des endocannabinoïdes et de l'hormone "coupe-faim", la leptine. Si cette hypothèse s'avère exacte, cela suggère que les endocannabinoïdes hypothalamiques peuvent jouer un rôle important dans la médiation des effets anorexigènes ("coupe-faim") de la leptine.

Les endocannabinoïdes sont des substances que nous produisons naturellement dans notre corps et qui sont proches des cannabinoïdes du cannabis. Nous avons donc des récepteurs dans le cerveau (les CB1) qui réagissent aux cannabinoïdes, qu'ils soient produits de manière endogène ou issus d'un consommation. Or, les récepteurs CB1 sont impliqués de le processus de stimulation du comportement alimentaire.

Autrement dit, lorsque quelqu'un consomme du cannabis, il stimule artificiellement une processus que corps active normalement de lui-même.

L'utilisation thérapeutique du cannabis pour le contrôle du poids est-elle possible ?

Des études cliniques contrôlées ont montré que le THC pourrait avoir des effets bénéfiques dans la lutte contre la perte d'appétit et la réduction du poids corporel chez les patients souffrant du syndrome de dépérissement lié au SIDA (Beal et al., 1995 in Iversen 2003). D'ailleurs c'est l'une des indications médicales du cannabis qui a reçu une approbation officielle aux Etats-Unis. Inversement, des préparations pourraient être faites pour diminuer l'appétit et donc la prise de poids chez les patients obèses.

Il semble donc que le cannabis puisse être utilisé à des fins thérapeutiques, dans des situations très précises, en maîtrisant son mode d'administration (sous forme de fumée, le cannabis comprend trop de contre-effets délétères notamment sur le système respiratoire).

Références