logo

Aides et conseils pour les consommateurs et leur entourage

logo

Aides et conseils pour les consommateurs de cannabis et leur entourage

A propos des mélanges d'herbes de type Spice

Sur les marchés clandestins depuis 2009, de nouvelles substances à fumer font parler d'elles. Spice Gold, K2, Space, ChillX, Smoke, Moon Rocks, Bliss ou Yucatan Fire, tous ces mélanges de plantes contiennent un cannabis de synthèse issu de fabrication artisanale. Leur but est d'imiter le THC. Internet étant un marché évoluant rapidement, ces noms peuvent déjà être obsolètes.

transversal vert Effets sur la santé

La composition

Le Spice est un mélange composé de plusieurs plantes différentes sur lesquelles une solution de cannabinoïdes a été pulvérisée. Dépourvue de THC, le Spice aurait des effets similaires au cannabis, mais pas uniquement... des cas d'intoxication aïgue sont largement décrits.

Les agonistes des récepteurs cannabinoïdes simulent les effets du THC et de l'anandamide en interagissant avec le récepteur CB1 dans le cerveau. Les cannabinoïdes synthétiques se répartissent en sept grands groupes structurels(1):totop scroller green

  1. Naphthoylindoles (par exemple JWH-018, JWH-073 et JWH-398).
  2. Naphthylméthylindoles.
  3. Naphthoylpyrroles.
  4. Naphthylméthylindènes.
  5. Phénylacétylindoles (c'est-à-dire benzoylindoles, par exemple JWH-250).
  6. Cyclohexylphénols (par exemple CP 47 497 et homologues de CP 47 497).
  7. Cannabinoïdes classiques (par exemple HU-210).

Les effets sur la santé du Spice

A l'heure actuelle, les effets sur la santé n'ont pas été clairement définis. On sait que les produits chimiques trouvés dans Spice se fixent sur les mêmes récepteurs des cellules nerveuses que le THC, mais parfois à un degré plus fort. Les effets sur la santé qui en résultent peuvent être imprévisibles et dangereux. La concentration en psychotropes est impossible à contrôler pour l'acheteur. Compte tenu de leur effet psychotrope, les mélanges de plante de type Spice peuvent entraîner les mêmes perturbations que celles engendrées par le cannabis(2):

  • relaxation
  • humeur élevée
  • perception altérée (changements dans la conscience des objets et des conditions)
  • psychose (se sentir détaché de la réalité)

Les personnes qui ont eu de mauvaises réactions à Spice rapportent des symptômes tels que:

  • rythme cardiaque rapide
  • vomir
  • anxiété ou nervosité extrême
  • hallucinations (voir ou entendre des choses qui n'existent pas)
  • se sentir confus
  • comportement violent
  • pensées suicidaires

Dans quelques cas, il a été associé à des crises cardiaques et à la mort (Exemple en Suède, 2014). Certains mélanges contiennent de la Vitamine E. Récemment identifiée dans des e-liquides au cannabis, cette huile lorsqu'elle est inhalée/fumée provoque des lésions pulmonaires très graves pouvant conduire à la mort (pneumonie lipidique) (Blount, 2019)(3).totop scroller green

Comment le Spice est-il consommé?

La plupart des gens fument du Spice en le roulant dans des papiers (comme avec de la marijuana ou des cigarettes de tabac faites à la main); parfois, il est mélangé à de la marijuana. Certaines personnes en font également une tisane à boire. D'autres achètent des produits Spice sous forme e-liquide à utiliser dans les cigarettes électroniques. La plupart du temps, on ignore quels sont les produits chimiques utilisés et comment ils ont été transformés. 

Y-a-t'il un risque de surdose ?

L'utilisation d'épices a été liée à un nombre croissant de visites aux services d'urgence et à certains décès. 

Qu'en est-il de ces produits et de leur réglementation? 

Sous ces termes, il faut comprendre qu'il s'agit de mélanges d'herbes, dont l'argument de vente est notamment le pouvoir relaxant engendré par le fait de les fumer, bien qu'il soit déconseillé d'inhaler directement la fumée. Ces mélanges ne peuvent être commercialisés en Suisse à l'heure actuelle.

Ci-dessous vous trouverez un résumé de la lettre d'information n°147 de l'OFSP(4) concernant le statut juridique des mélanges d'herbes à fumer de type Spice.totop scroller green

Situation juridique et jurisprudence

En Suisse,les mélanges de type Spice (et produits assimilés) ne sont pas (encore) soumis au contrôle en matière de stupéfiants.Ils entrent dans le champ d'application de la réglementation sur les succédanés de tabac au sens de l'art.3 de l'ordonnance sur le tabac. La mise en vente de ces mélanges n'est pas autorisée actuellement.

Les pays suivants contrôlent le «Spice» et/ou d'autres cannabinoïdes de synthèse: le Danemark, l’Allemagne, l’Estonie, la France, l’Irlande, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, Le Luxembourg, l’Autriche, la Pologne, la Roumanie, la Suède et le Royaume-Uni.

Consommation personnelle

Actuellement, la consommation à des fins personnelles n'est pas soumise aux dispositions relatives aux denrées alimentaires et relève de la seule responsabilité du consommateur. Une quantité allant jusqu'à 5g de mélange de plantes Spice par personne peut être toléré pour l'usage privé (quantité équivalente à environ 10 doses).totop scroller green

 Usage médical

Indépendamment du THC (dronabinol), le seul agoniste synthétique des récepteurs cannabinoïdes qui ait trouvé une utilisation clinique est la nabilone. Sous sa forme médicamenteuse, le Cesamet® connaît une utilisation limitée pour le traitement de la nausée dans la chimiothérapie du cancer (Canada, Espagne et Royaume Uni)(5).

Références

  1. Observatoire Européen des drogues et des toxicomanies : (OEDT) consulté le 7.04.2020
  2. National Institute on Drug AbuseNational Institutes of Health; Département américain de la santé et des services sociaux : consulté le 7.04.2020
  3. Benjamin C. Blount, Ph.D., Mateusz P. Karwowski, M.D., M.P.H., et al., (Déc. 2019). Vitamin E Acetate in Bronchoalveolar-Lavage Fluid Associated with EVALI. The New England Journal of Medicine. DOI: 10.1056/NEJMoa1916433
  4. Lettre d'information n°147 de l'OFSP: Statut juridique des mélanges d'herbes à fumer de type Spice - 12 mai 2009
  5. Tsang CC, Giudice MG.(2016). Nabilone for the Management of pain. Pharmacotherapy. Mar;36(3):273-86. doi: 10.1002/phar.1709.totop scroller green